Trou noir. Vaste champs des possibles. Une si longue absence peut-elle encore se justifier ? Je pourrais vous raconter le long hiver quasi sans fenêtres, mes laborieux débuts au maniement du merlin (et ma volonté farouche de faire transférer au Panthéon les cendres de son merveilleux inventeur) (pas très loin de celles du génial créateur de la bouillote), les chats qui dorment dans le poëlle, les mille détours et chemins qui sans cesse me ramenaient à vous, vous parler, et puis non, en retrait et retraite (Onfray appelle ça le retour aux forêts), page blanche et trou noir.

Il ya quelques jours, dans un chalet enneigé, j'ai ouvert les yeux sur mes amis rassemblés, leurs sourires de suprise d'anniversaire. Et voilà que tout-à-coup ça me vient comme ça, je reviens, j'ai mille choses à dire, le sang coule dans mes veines, je reviens, je reviens
Y'a quelqu'un ?